Moi, Sheru

Vous avez sûrement du mal à imaginer qu’un enfant de 5 ans puisse survivre seul dans les rues d’un des pays les plus peuplés et d’une des villes les plus dangereuses du monde ? Aussi incroyable que cela puisse être, je l’ai vécu. Je m’appelle Saroo Brierley et je vais vous raconter mon histoire.

Bienvenue sur mon travail de fin d'études. Pour une meilleure expérience, tu peux visionner ce site en utilisant un ordinateur.

Bonne lecture et découverte !

01 ⸻ Je suis perdu

Nous sommes en 1986, à ce moment-là, je n’ai que 5 ans. Je vis avec ma petite sœur Shekila, mes deux grands frères Guddu et Kallu et ma mère Kamla. Ma mère travaille beaucoup. Parfois, elle ne rentre pas à la maison. Mes frères s’occupent de moi pendant que je m’occupe de ma petite sœur.

Mon frère Guddu travaille aussi beaucoup pour aider ma mère à avoir de meilleurs revenus. Nous vivons dans les milieux ruraux de l’Inde, dans un petit village, nous n’avons pas beaucoup d’argent. Ce soir-là, j’ai décidé d’accompagner Guddu sur son lieu de travail, mon périple commence.

Nous arrivons à la gare de Burhanpur dans la nuit, trop fatigué, je décide de m’endormir sur un banc du quai en attendant le retour de mon frère. Quelques heures plus tard, ne le voyant pas revenir, je décide de me réfugier dans un train à l’arrêt, reprenant mon petit somme, dans un lieu plus confortable.

Le soleil est levé, mes yeux d’enfants s’ouvrent et font face à l’horreur: le train est en marche. Je suis seul, m’aventurant dans des contrées complètement inconnues, le trajet me semble interminable, que des champs déserts à perte de vue. Je n’ai rien à manger, peu à boire et absolument aucun repère.

Le train s’arrête enfin, je finis par goûter à la liberté. Je me retrouve à Calcutta, à plus de mille kilomètres de mon village natal. Tout est différent, il y a beaucoup de gens, beaucoup trop, il est difficile de remarquer un enfant de 5 ans qui demande de l’aide pour retourner à, ce que j’appelais à l’époque, “Ginestalay”.

Je passe de longues semaines à errer dans les rues de Calcutta, échappant à diverses choses: trafic d’enfants, famine, violences physiques et/ou verbales, prisons juvéniles… Jusqu’à être recueilli par un orphelinat. Là bas, ils m’ont dit que personne n’avait retrouvé ni mon village, ni ma famille. Je suis finalement reconnu comme enfant perdu et proposé à l’adoption.

02 ⸻ Je suis sauvé

Mme Sood, la propriétaire de l’agence d’adoption, me présente mes futurs parents à travers quelques photos. Ils ont l’air correct, leur maison est belle, leur visage est lumineux.

Environ deux mois plus tard, je m’envole pour la Tasmanie, en Australie, où je ferai la connaissance de ma nouvelle famille et de ma nouvelle vie.

Je m’adapte plutôt bien à la vie Australienne. Ma maman s’appelle Sue et mon papa s’appelle John.

J’aime beaucoup mes nouveaux parents, ils me donnent de l’amour et un confort dont je n’aurais su rêver. Je m’épanouis comme l’enfant que je suis.

Plus tard, papa et maman finissent par adopter un autre enfant indien, qui deviendra mon nouveau frère, Mantosh.

Lui non plus n’a pas eu une vie facile, je suis parfois un peu jaloux parce qu’il a besoin de recevoir beaucoup plus d’attention. A nouveau, je me sens un peu perdu et abandonné. Mantosh n’est pas mon vrai frère, ma famille indienne me manque.

03 ⸻ Je suis rentré

Je suis maintenant adulte et je commence à me demander qui est ma véritable famille. Je me souviens d’eux, mais je suis incapable de me souvenir d’où je viens. Mon développement personnel commence à être une énième épreuve dans ma vie.

Un ami m’a parlé du logiciel Google Earth, apparemment, on peut observer absolument tout dans le monde par vue satellite. Mon aventure virtuelle démarre.

C’est plutôt difficile de retrouver un lieu dont on ne connait ni le nom ni la localisation. Avec mes souvenirs d’enfant de 5 ans, il est pratiquement impossible de faire toute l’Inde par voie aérienne. Je me dois d’être stratégique.

Après plusieurs calculs, je parviens à délimiter un champ de recherches. Malgré tout, je passe de longues heures à arpenter les rues des différents endroits internes à ce champ.

Mes recherches vont durer 5 ans en tout, ma vie familiale, intime et sociale vont en payer le prix fort.

C’est empli de désespoir que je commence à m’orienter vers des contrées plus lointaines que mon champ de recherches, de manière totalement aléatoire. J’étais à deux doigts de tout abandonner et de me faire une raison: je ne retrouverais jamais mes racines et ma véritable famille. Seulement, le destin a joué en ma faveur. Plus je m’aventure à l’aveugle, plus je me rapproche de mon but.

A l’aide de contacts indiens et de persuasion, je parviens à mettre la main dans un premier temps sur la gare de Burhanpur, là où je me suis perdu, puis sur la région dont je suis originaire: Khandwa. Plus tard, je finis par retrouver mon village, qui s’appelle en fait Ganesh Talai.

Ce n’est que très peu de temps plus tard que j’entreprends le voyage qui me mènera jusqu’à mon village natal, bien décidé à retrouver ma famille, bien décidé à dire à ma mère biologique que je suis toujours en vie. Cela a été un voyage harassant, mais j’ai fini par atteindre mon but.

Et aujourd'hui ?

J’ai retrouvé ma mère, Kamla, ma sœur Shekila et mon frère Kallu, aujourd’hui adultes, tout comme moi. J’apprends dans la foulée que mon autre frère, Guddu, est décédé le soir de ma disparition, happé par un train.

Je ne suis plus un enfant orphelin. A présent, j’ai deux familles, deux identités. Mes deux familles se sont rencontrées, ma mère biologique sera à jamais reconnaissante envers ma mère adoptive de m’avoir élevé et offert la vie que j’ai aujourd’hui, la vie que je mérite.

Je m’appelle Saroo Brierley et je suis australien. Je suis né sous le nom de Sheru Munshi Khan et je suis indien.